LES ACTUALITÉS
 

Publication de deux outils de suivi et d’accompagnement des politiques régionales de santé-environnement

publié le 25 janvier 2022 (modifié le 26 janvier 2022)

L’ORS Île-de-France met à disposition des indicateurs et données territorialisés de santé environnementale à l’issue de deux actions menées dans le cadre du PRSE3 en collaboration avec de multiples partenaires. Il en résulte d’une part, une application interactive en ligne qui fournit une large batterie d’indicateurs à l’échelle des intercommunalités et d’autre part, une cartographie des secteurs de cumuls d’expositions environnementales

Les expositions environnementales ne sont pas uniformément réparties sur le territoire francilien et ne touchent pas de manière homogène toutes les catégories de population, celles-ci ne disposant pas des mêmes capacités à faire face aux difficultés, induisant ainsi des inégalités sociales et environnementales de santé. Les actions de l’axe 3 du PRSE3 contribuent à mieux identifier les expositions environnementales, à partager ces connaissances et à identifier les réponses les plus appropriées pour en réduire les effets. L’Observatoire régional de santé a plus particulièrement travaillé sur la création et la mise à disposition de 2 outils visant à mieux appréhender les expositions environnementales des franciliens, les relations entre santé et environnement.

Indicateurs et données de Santé-Environnement : mise en ligne d’une application interactive

Le développement de l’application Santé Environnement est une action inscrite au troisième Plan régional santé environnement (2017-2021). Son objectif principal est de mettre à disposition des indicateurs territorialisées en Santé Environnement, des données de contextualisation et d’autres sources d’informations sur la santé environnementale. Le développement informatique de l’application a été réalisé par le département des systèmes d’information de L’institut Paris Région, en partenariat avec Esri, éditeur de logiciels.

Cette application est le résultat d’un travail collaboratif qui a pu être mené dans le cadre d’un groupe projet du réseau Îsée, en partenariat avec l’Agence régionale de santé d’Île-de-France (ARS) et la Direction régionale et interdépartementale de l’environnement, de l’aménagement et des transports (DRIEAT).
L’application regroupe près de 160 indicateurs dans quatre grands chapitres et sous chapitres thématiques. Ils sont présentés à l’échelle des intercommunalités : les établissements publics territoriaux (EPT) et les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) soit 63 territoires.

Cumuls d’expositions environnementales en Île-de-France, un enjeu de sante publique : Méthode d’identification des secteurs les plus impactés

Un premier travail d’identification des points noirs environnementaux a été conduit dans le cadre du PRSE2 et a permis de développer une méthodologie simplifiée visant à mettre en évidence les situations critiques de multi-exposition environnementale. Ce travail a été prolongé dans le cadre du PRSE3 afin d’améliorer les indicateurs mobilisés, de prendre en compte le cadre de vie de manière plus large et de rendre plus opérationnels ces diagnostics pour les parties-prenantes.

Un score composite d’environnement, s’échelonnant entre 0 et 100, a été élaboré à partir de six composantes environnementales individuelles : cinq composantes liées à la dégradation de la qualité des milieux (qualité de l’air, bruit des transports, pollution des sols d’origine industrielle, installations industrielles, eau de consommation) et une composante liée au cadre de vie basée sur la carence en espaces verts, les caractéristiques urbaines propices à l’îlot de chaleur urbain et celles favorables à la marche quotidienne. Les données ont été mobilisées auprès des partenaires, transformées et agrégées sur une résolution de 500 mètres de côtés pavant le territoire régional. Souvent utilisée dans la planification, ce maillage renvoie à la notion d’espace de vie autour du logement.

La création d’un score composite de l’environnement constitue une des évolutions principales de la méthode : à l’approche binaire simplifiée (respect ou non des valeurs réglementaires), l’utilisation de la distribution des données après standardisation a été privilégiée permettant de conserver toute l’information relative aux données et de mieux rendre compte des intensités des expositions. Une moyenne pondérée de ces indicateurs individuels a permis d’obtenir un score d’environnement, ensuite combiné à des scores de sensibilité et de difficulté à faire face des populations.

Le cumul d’expositions environnementales est représenté dans un premier temps sous forme de cartes régionales élaborées à partir de ces scores composites. Ces représentations géographiques permettent d’identifier les zones où le cumul d’expositions et nuisances ainsi que la charge de pollution sont les plus élevés et aussi de faire ressortir les territoires où l’enjeu sanitaire est d’autant plus fort que les populations impactées sont vulnérables. Ces éléments pourront être utilisés comme base pour l’analyse des contextes et enjeux de santé environnement territoriaux et ainsi être intégrés aux réflexions et décisions sur l’aménagement (documents d’urbanisme, projets d’aménagement…) ainsi qu’aux diagnostics préalables à l’élaboration des plans régionaux et locaux en santé publique, et en particulier du PRSE4.

  (nouvelle fenetre)

Le rapport d’étude, sa synthèse (4 pages) ainsi qu’une carte régionale détaillée sont téléchargeables sur les sites internet de l’ORS et de l’Institut Paris Région.

Afin de renforcer son appropriation par les différents acteurs, une carte interactive, véritable outil d’analyse, va être développée dans le courant de l’année 2022 afin de préciser les caractéristiques des expositions environnementales aux différentes échelles de territoires. Connaître les facteurs de risques présents et leur importance relative permettra in fine d’identifier les leviers d’action adaptés.

Piloté par l’ORS avec l’Ineris et le département environnement de L’Institut Paris Region, ce travail a reçu le soutien de l’ARS et de la Drieat Île-de-France.