Débat-conf’ÎSEE #2 : Podcast

publié le 19 juin 2020

167 participants ont assisté au deuxième débat-conf’ÎSEE organisé en partenariat avec l’AP-HP.

On entend partout la nécessité de « préparer le monde d’après » mais préparer le monde d’après, c’est d’abord mettre en lumière les incertitudes générées par la crise sanitaire.

La réflexion proposée par Agnès Lefranc, Cheffe du service parisien de santé environnementale (SPSE) à la ville de Paris, débuta en rappelant les termes de la Charte européenne de l’environnement et de la santé (1998) : « Chaque personne est en droit de bénéficier d’un environnement permettant la réalisation du niveau le plus élevé possible de santé et de bien-être. […] Bonne santé et bien-être exigent un environnement propre et harmonieux dans lequel tous les facteurs physiques, psychologiques, sociaux et esthétiques tiennent leur juste place. L’environnement devrait être traité comme une ressource aux fins de l’amélioration des conditions de vie et du bien-être. » Nul ne peut ignorer à quel point la crise sanitaire que nous avons vécue ces derniers mois met en cause les déterminants de santé aussi bien leurs rôles quant à l’origine du virus, sa propagation et leur influence dans le développement de formes graves.

En témoin des événements dans la capitale, Agnès Lefranc partagea avec nous les enjeux auxquels la métropole a été, est et sera confrontée pour, à l’avenir, prévenir davantage l’influence de l’environnement sur la santé. Doit-on incriminer la présence de la nature en ville ou l’extension urbaine dans l’émergence de zoonose ? L’aménagement de l’espace et en particulier l’intense densité parisienne a-t-elle favorisé la transmission du COVID ? Les individus en situation de défaveur sociale et quotidiennement exposés aux nuisances environnementales sont-ils plus sujets à la survenue de formes graves ? Ces questions doivent amener à des réponses qui permettront la construction de politiques publiques résilientes qui tiennent compte du risque épidémique sans pour autant négliger certains déterminants de santé.

Toutefois, les réponses à ces questionnements ne pourraient être abouties sans le concours de la Recherche. C’est la raison pour laquelle, nous avons invité le Professeur Robert Barouki, à la tête du programme européen de réorientation de la recherche HERA - « Health Environment research agenda  ». Il présenta la manière dont le COVID devrait être étudié dans les futurs programmes de recherche européens en santé environnementale, c’est à-dire le rôle des facteurs environnementaux sur l’émergence, la diffusion du virus SARS-CoV-2, et la sévérité de ses formes ou encore l’impact de la pandémie sur les sociétés, l’économie et la santé et enfin les interrelations entre les changements planétaires et la pandémie.

Présentations des intervenants ci-dessous et podcast à retrouver ICI.


Télécharger :